Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » 1er pilier paléo » Nutrithérapie » Comme Popeye, faites-vous l’erreur de vouloir toujours plus de fer ?

Vous connaissez Popeye, ce héros de bande dessinée qui consomme des épinards (soit disant riches en fer) pour gagner en force. Bien que le fer soit essentiel, vous ne devriez pas essayer d’en consommer le plus possible. Car à partir d’un certain seuil, il commence à détériorer votre corps. Vous voulez en savoir plus? Alors lisez la suite!

Avez-vous trop de fer?

Si vous croyez que beaucoup de fer c'est bien!?

On vous parle souvent des carences en fer, qu’il faut manger des produits riches en fer, qu’il faut se supplémenter. Pourtant, la plupart des personnes n’ont aucune carence en fer. Et parmi les personnes à risque (les jeunes femmes en âge de procréer), seules 23% sont en carences (étude epifer). Mais ce dont on ne parle pas, c’est l’excès en fer qui est nocif et à terme fatal.

Le rôle du fer

Le fer est essentiel. Il permet le transport de l’oxygène des poumons vers tous les autres organes. Il sert à former la myoglobine (pour les réserves musculaires en oxygène) et à produire de l’énergie. Mais si un manque est plutôt rare, c’est un excès de fer qui n’est pas recherché et qui peut être aussi préjudiciable.

Les risques d’un excès fer

Le fer favorise toute sorte d’infection (virus, bactéries, champignons, parasites), c’est pourquoi il ne faut jamais prendre de fer pendant une infection.

Avec l’âge, le fer s’accumule dans les tissus. Une grande concentration de fer est associée avec le développement de pathologies comme les cancers, les maladies du foie et du cœur, le diabète, des dysfonctions du système immunitaire et les maladies dégénératives (1). Les malades atteints d’alzheimer ou Parkinson ont une concentration en fer qui augmente dans les tissus du cerveau (2)

L’effet du fer sur les tissus s’explique par la facilité du fer à être oxydé. Lors de ce processus, des radicaux libres sont produits (3, 4, 5), endommageant les cellules et accélérant le vieillissement et l’inflammation.

Etes-vous vraiment en carence ?

Le fer est un oligo-élément qui s’accumule tout le long de la vie. Et mis à part quelques cas spécifiques, la plupart des personnes n’ont pas de carences. Une carence en fer doit être absolument confirmée par des analyses sanguines.

C’est pourquoi si vous vous prenez des suppléments comme un complexe multi-vitamines, vérifiez que vos suppléments ne contiennent pas de fer, ce qui est souvent le cas. (Vérifiez également le cuivre, pour les mêmes raisons). De plus, l’association vitamine C et fer (souvent présents ensemble) augmente le potentiel oxydatif (6, 7).

Si vous vous êtes fait plaisir avec un repas riche en viande (les viandes sont plus riches en fer que les épinards), vous pouvez limiter l’absorption du fer en terminant votre repas avec une bonne tasse de thé vert. Très riche en antioxydants, les flavonoïdes du thé bloquent l’absorption du fer (8).

Enfin une dernière astuce, la plus efficace : donnez votre sang. La majeure partie du fer du corps humain se retrouve dans les globules rouges. Ce n’est pas pour rien que les femmes aux règles abondantes sont en manque de fer chronique : elles évacuent beaucoup de fer pendant leur cycle.

Cette faculté des femmes à évacuer régulièrement du fer serait un des facteurs qui expliquerait la plus grande longévité des femmes par rapport aux hommes : Oui mesdames, vous conservez beaucoup moins de fer en vous et diminuez donc les réactions pro-oxydantes, accélératrice du vieillissement.

Donc à moins d’être enceinte, ou d’avoir un faible taux avéré de fer, considérez de donner votre sang. Comme bien souvent, c’est en aidant les autres qu’on s’aide soi-même.

6 réponses à “Comme Popeye, faites-vous l’erreur de vouloir toujours plus de fer ?”

  1. michele dit :

    bonjour,
    Non, je ne fais pas une fixation pour le fer. Mais par contre, je me pose la question du calcium dans le régime paléo car on supprime tout ce qui est laitage car moi même j’ai eu une baisse du calcium alors que je mangeais fromage, yaourts fromage blanc
    Peux tu me répondre?
    merci
    Michèle

  2. Claire dit :

    Michele, sauf erreur de ma part, Juju, dis- nous stp si je me plante… tous les laitages ne sont pas à exclure, mais le lait de vaches qui mangent n’importe quoi… moi, perso, je mange un peu de fromages de vaches fermiers dont je sais que le mode d’élevage est traditionnel (des vaches de races anciennes, pour certains fromages, qui en plus broutent dans des biotopes plutôt bien préservés… et qui ne vont pas manger de l’ensilage… pouaaaaaacre), il faut aller chez un bon fromager pour les trouver,c’est sûr et gérer son budget, mais comme manger paléo fait faire les économies… avec l’été, je pense aussi à la mozzarella di buffala, dont je ne compte pas me priver. Et je tape beaucoup dans les fromages de chèvre et de brebis, je fais aussi dew yaourts maison au lait de chèvre (à la casserole, sans yaourtière, c’est tout simple, plus créatif et plus économique que d’acheter tout le temps des yaourts au lait de chèvre). Le beurre, si il va cuire, je le prends bio… et je le clarifie, et j’utilise en assaisonnement, à cru sur l’assiette, du beurre au lait cru… si ça peut te donner une plus grosse marge de manoeuvre dans un mode paléo compris au sens un peu plus,large… moi, ça me convient bien… avec un fasting 19:5

    • ghislaine dit :

      Merci, Claire de donner la marche à suivre pour faire des yaourts au lait de chèvres à la casserole ?

      • Claire dit :

        Bien sûr ! J’ai appris ça d’une française qui vivait à temps partiel en Hongrie, et elle le tenait d’une stagiaire tchèque, en Hongrie, Tchéquie etc.. les yaourts sont hors de prix, souvent vendus à l’unité… Tu ensemences un litre de lait avec soit un yaourt, direct dans la casserole , avec roit du ferment lactique acheté en pharmacie ou épicerie bio, tu fouettes au fouet, ou à la fourchettele yaourt aua plus de tenue… Tu fais chauffer doucement sans bouillir, jusqu’à ce que ce soit chaud, et encore supportable si tu trempes le bout du doigt. Là tu stoppes, tu poses un couvercle, et tu couvres avec un vieux machin dont tu fais plus rien en fourrure (version chic, chez la châtelaine chez qui j’étais stagiaire^^) ou en polaire, ou en laine. Tu l’oublies 12h en gros. Après, tu verses ton yaourt dans le ou les récipients de ton choix et au frigo. Plus le yaourt est frais, plus tu profites de ses ferments lactiques, c’est aussi l’intérêt de faire ses yaourts soi-même. Tu peux parfumer ton yaourt avant la chauffe avec miel et épices comme de la cannelle, si tu aimes le yaourt à la grecque, si sympa avec le concombre, il te suffit, une fois question yaourt est bien frais du frigo, de prendre une passoire, la couvrir d’un linge (sans adoucissant parfumé !), tu verses le yaourt dedans, tu replies le linge dessus, pose une assiette à soupe dessus et ce que tu veux qui fait poids, et le petit lait va sortir… au bout de quelques heures tu aston yaourt à la grecque maison et avec le petit lait, tu peux meme faire du soda bread ou de la bannique maison (pas au blé si on est paléo, mais au petit épeautre par exemple, le soda bread et la bannique sont des pains de sans levure qui se cuisent sur le feu de bois traditionnellement, soit à la poele, soit sur un baton qui fait broche… c’est vraiment amusant et delicieux car on les enrichit traditionnellement de graines,oléagineux, fruits secs, voire miel pour une version sucrée . Sur les yaourts, et les pains comme le soda bread ou la bannique, il y a des bouquins gratuits souvent sur Amazon, et aussi plein de vidéos youtube, des forums, souvent en anglais, mais aussi en français, trouvés avec google. Je trouve que manger paleo rend créatif, et fait redécouvrir des vieilles recettes. Comme en plus je ne mange qu’une fois par jour, le temps gagné (moins de vaisselle et de chichis et embarras) me permet d’en avoir plus qu’assez pour faire des trucs bizarres et maison lol Je vais aussi m’intéresser aux légumes lacto fermentés, que ne devaient pas connaître les hommes préhistoriques, mais qui sont bien paleo corrects…

Laissez un commentaire