Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » Vie pratique » Les 3 situations qui vous empêchent d’avancer

Les 3 situations qui vous empêchent d’avancer

Posté par julien le 15 avril

Les habitudes, la routine, vous connaissez? Avec sa connotation « plan-plan », tout le monde se refuse à avouer qu’il en possède. Cela renvoie une image pas très festive, comme si la vie était ennuyeuse, pépère. Mais si une partie de vous ne veut pas de routine, une autre en a désespérément besoin et elle vous pousse a en avoir. Vous avez besoin de routines, d’habitudes. Mais parfois vous n’arrivez pas à en changer, à prendre de bonnes habitudes. Voici les 3 situations qui vous bloquent et comment les utiliser à votre avantage.

les habitudes sont sécurisantes

Sheldon Cooper, le maitre des habitudes

Votre héritage

L’habitude est un (autre) mécanisme de survie que nous avons hérité de nos ancêtres. Une habitude est quelque chose de connue, que votre cerveau a assimilé comme familier et donc comme non dangereux. Tout ce qui est nouveau est instinctivement détecté comme potentiellement dangereux par votre cerveau. C’est pourquoi vous avez toujours une sensation lorsque vous faites quelque chose de nouveau. Que ce soit le frisson exaltant, ou une gêne passagère, la nouveauté fait réagir votre cerveau, jusqu’à ce qu’il s’y adapte.

Il en va de même avec vos habitudes alimentaires. Lorsque vous avez votre routine quotidienne, vous êtes en pilote automatique, votre cerveau ne détecte pas de « danger », il ne vous perturbe pas et vous laisse vivre tranquillement.

Le problème c’est lorsque vous avez de mauvaises habitudes alimentaires. Vous gardez des habitudes en apparence sans danger puisque votre cerveau ne vous le signale pas. Elles passent silencieusement à travers la vigilance de la partie primitive de votre cerveau.

Mais comme vous lisez ce blog, votre cerveau « évolué », le néo cortex, vous dit que toutes vos mauvaises habitudes alimentaires ne sont pas bien, mais alors pas bien du tout. Les deux parties de votre cerveau entrent en conflit. La partie primitive qui vous crée un inconfort lorsque vous changez quelque chose, et votre conscience qui vous dit, preuves scientifiques à l’appui, que vous devez changer.

Vos nouvelles habitudes

Vos avez compris l’idée, vous devez remplacer vos mauvaises habitudes par des bonnes. Mais la transition est rendue difficile par votre cerveau reptilien (la partie primitive). Si vous n’arrivez pas à changer vos habitudes, c’est que vous êtes peut être dans l’une de ces 3 situations.

Vous partez dans tous les sens

C’est comme si vous aviez ouvert cette cage à lapins, qu’ils s’étaient tous enfuis et que vous essayiez de les rattraper tous en même temps. Vos nouvelles habitudes à prendre sont comme ces lapins. Alors focalisez-vous sur une seule. Choisissez-en une et intégrez-la dans votre routine de vie.

Vous faites le mauvais choix

Si vous avez toute une liste de bonnes habitudes à prendre, il faut agir stratégiquement. Choisissez l’habitude qui vous emballe le plus et laissez-vous convaincre par les résultats. Lorsque vous aurez réduit votre liste petit à petit, vous arriverez aux nouvelles habitudes qui vous enchantent le moins mais qui seront plus faciles à intégrer. Pourquoi ? Parce que le fait d’intégrer des habitudes sera devenu une habitude. Ce sera un réflexe pour vous que de prendre cette nouvelle habitude et de travailler pour l’intégrer.

Vous n’arrivez pas à vous lancer

Commencer c’est déjà faire la moitié du chemin. Mais vous devez savoir quoi faire. Alors choisissez la nouvelle habitude qui vous tente le plus et découpez sa mise en œuvre en de toutes petites actions, aussi insignifiantes soient-elles. Travaillez un petit peu tous les jours, en faisant une mini action par jour, afin que votre cerveau s’y habitue et considère cette habitude comme un gage de sécurité. Vous aurez alors commencé le cercle vertueux.

Pour terminer cet article, voici une petite liste de nouvelles habitudes que vous pouvez mettre en place.

  • pas plus de 2 tasses de café dans la journée
  • préparer ses affaires la veille pour le lendemain (et gagner du temps pour dormir)
  • prendre les escaliers au lieu l’escalier mécanique ou l’ascenseur
  • planifier la mise en place de l’habitude de faire du sport (lundi 10 pompes, mardi 10 squat, mercredi 10 pompes et 10 squat…)
  • après une séance de sport, préparer ses affaires pour la prochaine session et les mettre bien en évidence.
  • faire le vendredi son menu de la semaine prochaine
  • mesurer sa progression 1 fois par semaine
  • manger plus lentement

Quelle est la prochaine habitude que vous allez intégrer à votre vie?

6 réponses à “Les 3 situations qui vous empêchent d’avancer”

  1. claudine dit :

    J’ai déjà pris l’habitude de ne plus manger du pain ou des laitages à cause d ‘intolérances car de savoir que j’aurai de violents maux de ventre me calme de l’envie d’y toucher bien que l’odeur même du pain me fasse rêver mais bon comme je sais qu’il ne faut pas…
    Par contre, je vis en couple et mon époux ne conçoit pas (« en tous cas pour le moment » il souffre de polyartrhite ), de manger autrement et donc actuellement je suis seule à faire mon « régime ».

    Un point à souligner, outre le coût de ce mode d’alimentation, le fait de ne plus manger de féculent
    ne risque t’ il pas de me provoquer des diarrhées? C’est un constat pour moi, il me faut impérativement un féculent à chaque repas sinon c’est la cata, soit du riz ou des pommes de terre par exemple) et les fibres de noix de coco m’irritent les intestins, car j’ai oubliié de vous dire, je souffre aussi de colopathie.

    • julien dit :

      Bonjour Claudine

      Oui ta situation est à gérer plus en douceur pour passer au paléo.

      Fait une transition en diminuant les féculents/céréales, tout en augmentant les légumes à fibres solubles.

      Pour l’histoire du cout, lis cet article

  2. Marie Pierre dit :

    Pour moi, ça va être de préparer mes affaires la veille
    J’ai du mal à le faire au niveau vestimentaire
    Autant pour mon repas, j’arrive à m’organiser ! autant pour m’habiller je ne sais absolument pas comment maintenir cette habitude.

    Je pense aussi à un journal qui me permettrait de voir les changements, mes états, mes progressions en fonctions de ce que j’ai fait, mangé, pensé …

    Merci. Ton site m’a permis de prendre de nouvelles BONNES habitudes alimentaires et j’en suis ravie

    • julien dit :

      Bonjour Marie Pierre

      Dans ce cas, tu notes ce que tu portes jour après jour.
      au bout d’une semaine, tu auras une liste d’ensemble à porter.

      Tu n’as plus qu’à lire cette liste (même plus a réfléchir) et préparer tes affaires (d’un coup pour la semaine, ou la veille pour le lendemain)

  3. claudine dit :

    Je voudrais savoir si à 65 ans il y a des précautions à prendre pour suivre ce « régime »?

    • julien dit :

      Bonjour Claudine

      Comme je te disais par mail, 65 ans est jeune d’un point de vue paléo.
      Les précautions à prendre sont propres à la situation de chacun.
      Si tu es suivie par un médecin, l’évolution de tes analyses sanguines iront dans le bon sens

Laissez un commentaire