Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » Maladie » Intestins » La face cachée des végétaux

La face cachée des végétaux

Posté par julien le 3 juin 11 Commentaires

Vous pensez que les végétaux sont le top du top en matière de nutrition? Que leur teneur en protéines, glucides, vitamines et minéraux en font des aliments parfaits? Que parce qu’ils sont naturels, bio, ils ne peuvent qu’être bons? Détrompez-vous! Les végétaux ne sont pas aussi innocents qu’ils en ont l’air. Vous allez découvrir qu’ils sont tout aussi féroces que des animaux sauvages.

la face cachée des végétaux

Les végétaux ne sont pas aussi inoffensifs qu'ils en ont l'air

Nous vivons depuis toujours dans un environnement où toute sorte de nourriture est disponible. Nous n’avons pas à nous poser de questions sur l’innocuité de tel ou tel aliment. D’autres personnes le font pour nous. Si un produit est en vente libre, c’est qu’il n’y a rien à craindre.

Vivre paléo, c’est reprendre un peu de hauteur par rapport à tout ça. C’est s’affranchir des vérités toutes faites et découvrir d’autres points de vue. C’est revenir au contact de la nature et d’un de ces principes phares.

Ce principe tout simple simple est que toutes les espèces vivantes doivent survivre suffisamment longtemps pour transmettre leurs gènes et perpétrer l’espèce. Partant de ce constat, les différentes espèces vivantes possèdent certaines facultés pour rester en vie.

Ton univers impitoyable

D’un côté il y a les animaux. Certains animaux peuvent se défendre avec leurs griffes, leurs dents, leur défenses (cornes), leurs venins. D’autres animaux peuvent s’enfuir. Chaque espèce animale a développé sa faculté de survie et l’a transmise à sa descendance.
Donc entre le combat ou la fuite, vous savez à quoi vous attendre avec les animaux, alors qu’avec les plantes…

Les plantes quant à elles ne peuvent pas bouger. Elles agissent à un autre niveau. Elle doivent se prémunir des prédateurs mais aussi des conditions climatiques. Les plantes qui ont survécu ont développé toute une panoplie de substances chimiques pour préserver leurs nutriments en attendant de meilleurs jours, ou pour décourager la consommation des prédateurs.

L’acide phytique par exemple, empêche les graines de germer prématurément. Les inhibiteurs de protéase, les lectines, les saponines, les phyto-oestrogènes attaquent les cellules des prédateurs (insectes, animaux) qui les consomment [1-4].

Savoir chasser, Savoir cueillir

De même que le mode de chasse diffère selon l’animal, il faut savoir « chasser » le végétal, c’est à dire désactiver ses défenses. Car mon propos n’est pas de vous détourner des végétaux en vous exposant (comme vous allez le voir) leur armada de substances chimiques, mais vous montrer de quoi ils sont capables et le mode de préparation que vous devez leur réserver pour réduire sinon éliminer leurs défenses (attention donc aux crudivores qui consomment la plupart de leur végétaux crus).

Dans le prochain article :

  • vous allez savoir pourquoi, dans la nature, il est plus dangereux de manger des plantes plutôt que du gibier.
  • vous allez identifier les végétaux qui doivent être absolument préparés et ceux qui peuvent s’en passer.
  • vous allez découvrir les modes de préparations traditionnels qui rendent paléo les produits communément admis comme non paléo.

Références

[1] Rackis JJ. Biologically active components. In Alan K. Smith and Sidney J. Circle, eds. Soybeans: Chemistry and Technology, Vol 1, Proteins (Westport, CT, Avi Publishing, 1972) 163-177.
[2] Fraenkel, Gottfried S. The raison d’etre of secondary plant substances. Science, 1959; 129:1466–70.
[3] Sathe SK, Reddy NR. Introduction. In NR Reddy, SK Sathe, eds. Food Phytates (Boca Raton, FL, CBC Press, 2002) 3.
[4] Liener IE, Kakade ML. Protease inhibitors. In Irvin E. Liener, ed. Toxic Constituents of Plant Foodstuffs (NY Academic Press, 2nd ed, 1980) 49, 55.

11 réponses à “La face cachée des végétaux”

  1. Franck dit :

    Ce qui est dangereux, c est surtout le mode de cuisson comme le four à plus de 110° C, le micro ondes, la cocotte minute, l auto cuiseur, la poêle à feu vif ainsi que les ustensiles et le matériel que l on utilise. C est bien de manger paléo, mais encore faut il me préparer de la manière la plus saine possible 😉

    • cloudyvoice dit :

      Merci pour ces articles à venir Julien.
      Par contre Franck, vous pourriez nous orienter sur ces cuissons douces, car je vois ça partout mais rien de très précis ou explicatif. Un steak cuit à 100°C c’est peut-être bon, mais c’est long, donc je me pose la question de la faisabilité des cuissons douces.
      Merci 😉

  2. Claudine dit :

    Exactement! A mon avis le meilleur mode de cuisson est la vapeur douce

  3. Franck dit :

    J utilise également la cuisson à la poêle à feu très doux, je contrôle la température avec la technique de la goutte, et aussi le four, en dessous de 110°C

  4. Maya dit :

    Bonjour a tous
    et bien , j en apprends des choses , je crois que j ai beaucoup a faire ou plutôt refaire correctement..!!
    merci a tous

  5. Franck dit :

    Le mieux est de manger les protéines animales crues pour conserver leurs valeurs nutritives, j ai remarqué que l on est rasasié bien plus vite quand ils sont crus et l on ressent une plus grande énergie, pour la cuisson douce, on peut faire la technique de la goutte d eau, les cuissons sont plus longues, mais que les saveurs sont meilleures et les nutriments préservés.
    Le livre du docteur seignalet l alimentation ou 3 eme médecine l explique assez bien;), de plus, il est proche du paléo

  6. Franck dit :

    Attention à la vapeur, il faut privilégier les paniers en bambou car,avec beaucoup de cuit vapeuŕ les gouttelettes retombent sur les aliments, ce qui revient à faire passer tous les nutriments dans l eau. Ce que je fais, c est que j utilise peu d eau et la récupère ensuite comme soupe ou j utilise des légumes qui rendent beaucoup d eau comme les tomates et je couvre ma poêle, le tout à feu doux, ce qui revient à une cuisson vapeur, mais sans la perte des nutriments.

  7. julien dit :

    Merci Franck pour ton retour d’expérience

  8. Elea dit :

    Bonjour ! Génial l’intro digne d’un vrai scéna hollywoodien 🙂

    J’ai hâte de lire les prochains articles sur le sujet !

    Bonne journée

  9. […] sujet a été très bien traité sur Vivre Paléo (ici, ici et ici) ! (merci […]

  10. […] C’est pour cette raison que nous aussi – avant que le rat nous rafle les fraises (voir diag 39) – et comme beaucoup de lecteurs qui nous écrivent, pensions être en bonne santé et en pleine possession de nos moyens. Mais ce n’est qu’aujourd’hui seulement, en observant et ressentant les bénéfices du sevrage du végétarisme, que nous pouvons clamer haut et fort ses méfaits, ses aberrations et ses dangers. https://vivre-paleo.fr/la-face-cachee-des-vegetaux/ […]

Laissez un commentaire