Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » La vie paléo » Pour faire suite à la course pieds nus

Pour faire suite à la course pieds nus

Posté par julien le 23 septembre

Suite à la vidéo de l’article précédent, vous allez découvrir mon expérience sur cette façon inhabituelle de poser le pied. Mais contrairement au sujet de la vidéo, il ne s’agit pas de courir mais bel et bien de marcher.

la marche paleo

Marcher paléo, c'est un peu comme marcher sur des (gros) oeufs

Comment faire ?

Je ne sais plus exactement comment j’en suis venu à essayer de marcher sur l’avant du pied, mais j’ai bien noté ma progression au cours des 2 premières semaines.
Comme décrit dans la vidéo (3:07) il ne s’agit pas de se poser sur l’avant du pied avec le talon en lévitation, mais légèrement, avec l’avant qui touche le sol très peu de temps avant le talon. Le talon touche le sol mais la majorité du poids n’est pas sur lui. A vu d’oeil, c’est comme si l’avant et le talon touchaient le sol en même temps.

Les 2 premiers jours, c’est vraiment bizarre. Ce sont de nouvelles sensations. On a vraiment l’impression d’avoir une démarche différente mais ce n’est pas du tout le cas (il suffit de le constater dans une vitrine). Donc vous n’êtes pas l’attraction d’un public, marcher paléo est tout aussi discret que manger paléo.

Au cours de ces 2 premiers jours, j’ai essayé de marcher plusieurs fois dans la journée, sur 5 à 10 mètres, pas plus.

Après les deux premiers jours, on s’habitue à cette nouvelle position mais la distance parcourue est encore minime tout le reste de la semaine. On continue de marcher un petit peu, car c’est tout un ensemble de muscles, tendons et os qui doivent se renforcer pour adopter cette nouvelle marche. Cet ensemble doit supporter une masse supérieure à ce dont il a l’habitude. Il faut y aller progressivement.

La deuxième semaine, on peut marcher un peu plus longtemps, quelques centaines de mètres. Et ensuite, on n’y fait plus attention. J’ai même marché tout un après midi comme ça.

Pourquoi faire ?

Ok c’est sympa tout ça mais quel est l’intérêt ???
Effectivement je vous parle de marche et pas de course comme dans la vidéo. Pour la course l’impact du talon a un effet : l’énergie se propage d’un coup dans la jambe alors qu’en posant d’abord l’avant du pied, l’énergie est absorbée « en douceur ».

Pour la marche, l’impact du talon est beaucoup plus réduit. Mais en posant d’abord l’avant du pied, j’ai ressenti quelques effets positifs :

1er effet : les articulations

Lorsque vous posez le talon en premier, vous « verrouillez » toute la chaine des articulations cheville-genou-hanche. Vous laissez moins de latitude aux articulations pour qu’elles se positionnent naturellement selon le mouvement. En verrouillant la cheville, vous forcez les articulations à faire un mouvement qui n’est peut être pas le sien et donc provoquez des douleurs ou même des blessures. Ce n’est pas le cas en posant l’avant du pied en premier. Lorsque j’ai mal au genou, l’adoption de cette démarche me soulage très rapidement.

2e effet : le dos

Lorsqu’on remonte la chaine des articulations précédente, le dos est le prolongement des hanches. Adopter cette position, c’est adopter une posture active et naturellement, vous avez tendance à vous redresser, à avoir un dos plus droit.

3e effet : la voute plantaire et le talon

Imaginez faire du shopping un samedi après midi. Si vous avez mal au pied à peine une heure après le début, alors ce type de marche est pour vous. Cette démarche permet de soulager le talon et de redonner de la liberté à la voute plantaire.

Si vous ne prenez appui que sur l’avant du pied, la voute plantaire peut s’adapter, moduler sa courbure. Si vous reposez de tout votre poids sur le talon et l’avant : elle se retrouve bloquée. J’ai très rapidement mal au talon lorsqu’il faut marcher longtemps. Cette position me permet de le soulager.

La marche paléo moderne

Le plus beau est que vous n’avez pas à faire tout ça pied nu ou même avec des chaussures primales, comme les vibram. Vous pouvez le faire dès maintenant avec vos chaussures de ville, vos sandales, vos sneakers ou vos runnings.

Voici un exemple de progression pour intégrer dans votre vie cette nouvelle position du pied. Vous pouvez déjà commencer par monter les escaliers en posant l’avant du pied, sans poser le talon. Ensuite vous pouvez essayer la marche paléo, sur du plat.

Vous pouvez ensuite l’adopter pour vos séances sportives : vous sprinterez facilement en posant l’avant du pied en montant une côte. Et lorsque vous aurez suffisamment renforcé vos pieds, vous pourrez sprinter sur du plat.

8 réponses à “Pour faire suite à la course pieds nus”

  1. Rhûm dit :

    Hello. J’ai commencé à marcher de la sorte à l’automne dernier. L’idée m’est venue un peu comme ça, notamment après la consultation régulière de ton blog. J’avais également lu plusieurs articles sur la course « pieds nus » ou en Vibram FiveFingers, qui semble être le porte drapeau de cette nouvelle vogue. Bref. J’aspire à une certaine forme de retour à

  2. Rhûm dit :

    Hello. J’ai commencé à marcher de la sorte à l’automne dernier. L’idée m’est venue un peu comme ça, notamment après la consultation régulière de ton blog. J’avais également lu plusieurs articles sur la course « pieds nus » ou en Vibram FiveFingers – qui semble être le porte drapeau de cette « nouvelle » vogue. Bref. J’aspirais à une certaine forme de retour au naturel, avec une approche santé.

    Je pratique occasionnellement : principalement pour faire mes 20 minutes marche jusqu’à la gare, les jours de beau temps – en lieu et place du bus. La démarche ne m’est pas encore instinctive, je trouve. J’ai notamment le sentiment qu’elle s’adapte davantage à la marche semi-rapide, si je puis dire. Je m’explique.

    Le corps est constamment penché en avant, afin de pouvoir poser le début de la voûte plantaire en premier. J’ai d’ailleurs souvent l’impression de poser le pied à plat. Pour cela, les genoux doivent toujours rester fléchis ; ce qui fait notamment que la posture au sol est plus basse qu’auparavant. L’équilibre reste précaire, et favorise la course ; fuite en avant. Les muscles des cuisses et des mollets sont du coup plus sollicités. De plus, le travail articulaire au niveau des hanches s’avère également différent, ce qui est parfois déroutant, pour ne pas dire dérangeant ; tout dépend, je pense, de la capacité de mouvement de vos os fémur dans la cavité cotyloïde. Par contre, la sensation au niveau du dos est très agréable, car elle impose un maintien proche d’un gainage, sans effort, ce qui est très salutaire.

    Mon bilan s’avère mitigé. Cela est peut-être dû à ma morphologie ou à une posture perfectible. J’aime croire que cela m’apporte(ra) quelque chose de bénéfique, d’une manière ou d’une autre. Comme tout changement conséquent, je gagnerai en efficacité et fluidité à force de persévérance, comme pour toute nouvelle pratique. C’est pourquoi le persiste malgré tout.. 😉

    • julien dit :

      Bonjour Rhum

      Merci pour ton témoignage

      Normalement, c’est ton pied qui doit faire tout le travail : au lieu de poser le talon, tu tends ton pied pour te poser sur l’avant
      Cela demande également de faire des pas légèrement plus rapprochés

  3. Evelyne dit :

    Bonjour,
    suite à cet article, je me suis mise à observer ma façon de marcher… Et le résultat est : je marche naturellement Paléo! Se peut-il être une résultante de l’habitude que nous avons – nous les femmes – de marcher sur des talons hauts? Je me le demande… A creuser et à vérifier l’hypothèse… Dans tous les cas merci de partager votre expérience.

    • julien dit :

      Bonjour Evelyne

      Oui, les femmes auront tendance à plus facilement adopter cette démarche, du fait de l’habitude du talon haut.

      Mais si tu regardes bien, beaucoup de femmes posent le talon légèrement en premier, même avec des chaussures à talon haut.

  4. Gaetan dit :

    Salut à tous,
    je pratique le barefoot depuis quelques mois et ça me va très bien. Juste une petite astuce à moindre coup et pour marcher toute la journée comme tel, il vous suffit juste d ‘acheter une paire de newfeel chez decathlon mais sans prendre les semelles vendues séparément.(coût 11 euros) La progression se fait régulièrement et tranquillement en évitant les différentes tendinites susceptibles d ‘apparaitre lors de cette nouvelle pratique. Ensuite il n ‘y a plus qu’à courir en y allant très progressivement.

  5. J’ai adopté ce style de marche suite à une blessure au mollet droit et je VALIDE tout comme toi 🙂

    Au début c’est vraiment bizarre puis on oublie et ça devient un réflexe. Ca a même améliorer ma posture 🙂

  6. Fab dit :

    Bonjour,

    Vous ne soupçonnez pas l’importance de votre article, car marcher de cette manière est non seulement bénéfique, mais surtout naturel.

    Ce sont nos modes de vies chaussés qui nous font prendre le défaut de poser le talon d’abord, et courber le dos par conséquent, avec tout les inconvénients associés (mauvaise respiration, tensions musculaires, etc…), au lieu d’être normalement bien droits et fiers quand nous marchons.

    Je vous suggère de jeter toutes vos chaussures à talons, même minimes, pour éviter à votre corps de compenser la bascule en avant induite ! Semelles plates, et chaussures assez larges de rigueur, car le pied s’élargit à chaque pas… il faut le laisser respirer.

    L’un des (très) gros avantages à marcher avec l’avant pied d’abord, c’est que vous utilisez maintenant complètement vos mollets, eux qui sont atrophiés chez la plupart des gens. Et les médecins savent bien que les mollets, ce sont les assistants du coeur, puisqu’ils aident à remonter le sang en haut du corps à chaque pas. Fini les problèmes de circulation. Fini les douleurs chroniques, bonjour la vitalité !

    A tous ceux qui voudraient s’essayer au barefoot running, apprenez d’abord à marcher ainsi, et allez y progressivement ensuite, vous vous épargnerez bien des bobos !

    Source : http://senmoticfrance.blogspot.fr/2010/04/comment-reconnaitre-un-specialiste-de.html

Laissez un commentaire