Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » 2e pilier paléo » Régime » Savez-vous ce qui peut faire échouer votre régime

Savez-vous ce qui peut faire échouer votre régime

Posté par julien le 25 novembre

Vivre paléo est une hygiène de vie : outre l’activité physique, le régime paléo nécessite de manger certaines catégories d’aliments et d’en supprimer d’autres. Comme tout autre régime, cela laisse place à l’envie de craquer pour quelque chose « d’interdit ». Et c’est compréhensible, étant donné que notre monde moderne nous propose une quantité énorme de produits de tentation. Et puis on dit bien que c’est meilleur quand c’est interdit !!!
Seulement, s’abandonner à ses pulsions ne vous apportera qu’un répit temporaire et vous causera bien plus de tort à long terme.

Alors comment faire ?
Comment ne pas craquer pendant un régime ?

Attention aux mauvais grignotages

Grignoter? Oui! mais pas n'importe quoi


2 types de faim : La faim physiologique et la faim psychologique

Premièrement, vous pouvez craquer et manger une sucrerie parce que vous avez vraiment faim (la faim physiologique), dans ce cas vous vous contentez d’un produit « nocif » en attendant l’heure du repas. C’est la faim signalée par votre système digestif, qui vous dit « hey, c’est l’heure de manger ».
Cette faim est d’autant plus récurrente que vous êtes sujet à manger des glucides, qui rappelons-le fait varier rapidement votre taux de glucose dans le sang. Lorsqu’il a atteint son sommet, plus celui-ci se met à chuter rapidement, plus votre sensation de faim sera intense, vous incitant à manger plus.

Dans le deuxième cas, vous avez bien mangé à midi, mais vous avez cette envie compulsive de grignoter quelque chose: c’est la faim psychologique. Dans ce cas c’est votre cerveau le coupable, conditionné par vos habitudes de vies.
Bien souvent il s’agit d’un réflexe, ou d’une idée fixe (lorsque ce n’est pas une certaine addiction au sucre).

Ignorez votre idée fixe

En cas de faim psychologique, vous pouvez facilement craquer même si vous savez que ça n’en vaut pas le coup : ce sentiment est incontrôlable. Vous ne pensez qu’à ça, ça vous obsède littéralement, vous avez le sentiment de manque.
J’en sais quelque chose, bien que je mange à ma faim, j’ai toujours un moment où je pencherais bien pour un petit truc à grignoter.

La première solution est de vider vos placards de tout ce qui est interdit et de ne plus en racheter.
Pour ne pas être tenté à nouveau, il faut que vous fassiez votre liste de courses et vos courses le ventre plein.

Prenez un autre réflexe

Vider ses placards est facile quand vous êtes célibataire ! Mais en famille, surtout s’il n’y a que vous qui fassiez le régime paléo, la maison reste un milieu hostile.
C’est pourquoi il vous faut toujours avoir à disposition votre trousse de survie alimentaire : un fruit, des oléagineux (noix, amandes, noisettes).
Acheter ces derniers encore dans leur coque est le mieux  :

  • bien souvent le produit brut est moins cher que le produit raffiné
  • vous êtes sûr qu’il n’a pas subi de traitement
  • le fruit a toujours été protégé de l’extérieur
  • cela vous oblige à passer du temps à les ouvrir et à ne pas vous les enfiler sans compter.

Cela va vous permettre de prendre le réflexe de grignoter « utile » au lieu de manger un produit qui n’est pas nutritif.

Changez d’idée fixe

Ok, vous avez de quoi grignoter « sain » mais juste à coté il y a toujours ces produits sucrés très tentants. Et votre idée fixe (la faim psychologique) vous dit de manger cette belle barre chocolatée industrielle (et pas ces graines pour les écureuils).
Dans ce cas, vous pouvez utiliser un autre outil très simple et très efficace. Vous pouvez répondre à votre idée fixe par une autre.
Lorsque vous vous retrouvez devant l’objet de votre convoitise, dites-vous à haute voix :

  • « non, je peux y arriver » (à résister)
  • « non, je n’en ai pas besoin » (je sais que c’est rempli de pleins de produits pas bons pour mon corps et qui vont me faire très très très mal)

Cela peut vous sembler ridicule, mais ne jugez pas tant que vous n’avez pas essayé.

Mais bon, tout cela n’est vraiment pas suffisant pour vous retenir, vous n’en pouvez plus psychologiquement, il vous faut ce déchet produit industriel sucré et vous l’aurez, vous le prenez.

La culpabilité d’avoir craqué

Une fois que vous avez craqué, vous avez ce sentiment de dévalorisation, de se dire que ça ne vaut plus la peine de faire des efforts. Vous savez que ce que vous avez fait n’est pas bien, que c’est mal et que vos enfants sont maudits sur 10 générations.
Et bien non, vous avez le droit de craquer !!! Vous avez le droit à l’erreur, vous êtes humains. Seulement il faut apprendre à ne pas faire n’importe quoi, ne pas se décourager, faire preuve de courage et persister dans sa démarche de bien manger pour être en pleine forme, déborder d’énergie, être svelte et musclé(e).

Ne craquez plus

A partir de maintenant, ne dites plus que vous craquez, dites que vous vous autorisez un moment plaisir.
La démarche est vraiment différente : vous transformez le négatif en positif :

  • craquer c’est manger la première chose qui vous tombe sous la main (un produit pas forcément sain)
  • s’autoriser un plaisir c’est sélectionner un produit, un aliment de qualité, afin d’en apprécier chaque instant
  • craquer c’est une perte de contrôle, qui peut engendre un sentiment d’échec et une mauvaise image de soi
  • s’autoriser un plaisir c’est faire preuve de contrôle, de maitrise, vous avez la fierté d’avoir la volonté de vous imposer quelque chose, de vous discipliner.

Autorisez-vous un moment plaisir : préparez-vous un gâteau avec de bons produits, ou allez vous acheter une pâtisserie chez votre artisan préféré.

La vie est faite pour être vécue :

  • Accordez-vous un petit plaisir de qualité de temps en temps (cela n’entamera pas votre ligne)
  • vivez paléo le reste du temps pour être en bonne santé, en pleine forme physique et pour profiter au mieux des autres expériences de la vie.

8 réponses à “Savez-vous ce qui peut faire échouer votre régime”

  1. Voila un condensé de plein de bonnes petites astuces 🙂

    J’en rajoute une :

    dès que la sensation d’envie de grignotage apparait alors qu’on a mangé il n’y a pas si longtemps, sortir faire un footing ou une marche va complètement coupé cette sensation de faim.

  2. Jérémy dit :

    C’est marrant, quand j’ai lu ton article, j’ai immédiatement pensé à une situation analogue où j’utilise le côté « positif » d’une phrase pour faire changer les comportements.

    Perso, j’ai remarqué que lorsque l’on oublie quelque chose à la maison par exemple, on dit toujours:

    « Ah, %!ù$* ! Je l’ai oublié à la maison ! »

    Il faudrait systématiquement changer ses phrases en:

    « Je n’ai pas pris [l’objet] à la maison ».

    En bref, ta remarque sur le craquage autorisé est une excellente chose pour consolider un futur comportement très discipliné et surtout positif pour le bien être général !

    • julien dit :

      Salut Jérémy

      C’est le principe de la pensée positive.

      Beaucoup de gens ne se rendent pas compte à quel point nos paroles, ou notre jugement de nous-même, affectent notre comportement.
      Mais bon, il n’est pas toujours facile de prendre du recul quand les émotions s’en mêlent.

  3. Article intéressant, j’ai bien aimé l’analogie entre la vie de famille et « le milieux hostile ! ».

    Tout à fait, il faut savoir se faire plaisir de temps en temps, mais sans craquer. Le mot « sélectionner »est très bien choisit.

    Pour faciliter la transition il est possible de remplacer nos anciennes mauvaises habitudes (ex: grignotage industrielle), par quelque chose de très ressemblant, mais version naturelle et saine.

    Un exemple, les yogourt compote de pommes. Au lieu de ça, il est simple d’acheter des pommes, et de faire ses propres compotes, sans additifs, sans produits chimiques…

    Excellente journée !

    • julien dit :

      Bonjour David et bienvenue sur le blog

      C’est tout à fait ce que tu dis. On pourrait même pousser un peu plus loin ton exemple : il est très facile de faire ses propres yaourt (une machine à 30€ suffit,pas besoin d’électronique qui quadruple le prix).

      • Rhûm dit :

        Réaction concernant la fabrication des yaourts. Je dirais même plus, mon cher Julien, une cocotte ou un four suffisent, tout simplement. J’ai une préférence pour cette dernière méthode, moins aléatoire – et ce malgré la petite « peau » que nous retrouvons systématiquement à la surface.

  4. Merci bien pour cet article. Transformer le négatif en positif, s’autoriser un moment de plaisir en sélectionnant les produits de qualité et apprécier chaque instant, ce sont vraiment de bonnes astuces pour ne pas se culpabiliser ni se frustrer en privant de ce qu’on a envie de manger, tout en se contrôlant !!

Laissez un commentaire