Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » La vie paléo » Blog » Vivre Paléo, vivre des expériences

Vivre Paléo, vivre des expériences

Posté par julien le 18 juillet

Comme je le disais dans l’article précédent, malgré une absence de plusieurs jours sur le blog qui m’a fait me remettre en question, impliquant l’abandon du blog, je lève le voile sur la raison de ce retrait et l’expérience (plus ou moins) paléo que j’ai vécue.

La vie est faite d'expériences

La raison de l’abandon du blog

La raison de mon absence est que j’ai déménagé, sur plusieurs jours. Entre le déménagement, l’emménagement, le nettoyage, un accès à internet très restreint, j’ai été beaucoup pris, ce qui m’a fait laisser le blog en suspens.
Bravo à Alexia, notre Miss Marple, qui a su deviner avec le peu d’informations que j’ai laissé. Merci à vous autres d’avoir participé. Toutes vos propositions sont autant de bonnes raisons auxquelles je n’avais pas pensé. J’ai essayé de répondre à tous vos commentaires dans la mesure du possible.

Pour en revenir au déménagement, on ne dirait pas comme ça, mais déménager recèle beaucoup d’aspect paléo : porter et déplacer des charges lourdes (cartons et meubles), lessiver les murs, repeindre, rester en position accroupie. Beaucoup d’activités exigeant beaucoup d’énergie, surtout avec la vague de chaud de ces derniers jours.

Pour ce qui est de manger, soit vous êtes très organisé et vous vous préparez vos repas paléo à l’avance, soit vous êtes comme moi, vous campez et vous mangez quelques fruits à coques, ou vous jeûnez carrément.

Mais je dois vous avouer que j’ai fait quelque chose de pas très paléo.

Une expérience pour mieux Vivre Paléo

J’ai un temps arrêté de manger paléo et ceci pour deux raisons.

La première était de mener une petite expérience. Après ¾ de journée d’activité paléo intense, je suis entré sur les coup de 16h dans un Mc do (Blasphème !!!) et j’ai commandé un 280 original (Horreur !!!). Le sandwich uniquement, sans soda ni frites. Cela faisait plus d’un an que je n’en avais pas mangé et le dernier m’avait laissé un bon souvenir.

A l’époque, je ne mangeais pas tant que ça de fast food, mais j’aimais bien, de temps en temps, prendre un sandwich pour me faire plaisir (toujours sans soda ni frites, des produits que je trouvais sans grande valeur ajoutée). Mon bon souvenir en tête, je me livre à une dégustation.

Le résultat fut décevant :

  • soit la recette a changé, soit ce sont mes goûts (ou bien ce sont les deux). Je suis sûr que mes goûts ont changé. Mon palais est plus sensible au sel, au sucre… mon sens du goût s’est affiné. Et concernant ce burger, son goût m’a laissé neutre : je n’ai pas eu plus de plaisir que cela.
  • j’ai eu une digestion un peu difficile. Pas de douleurs mais des sensations bizarres.
  • j’ai dû boire au moins un litre d’eau pour calmer ma soif : le bougre devait contenir beaucoup de sel (indétectable par mon palais affûté!!)

Cette expérience conforte ma démarche : une fois son corps (et ses goûts) nettoyés, purgés de l’industriel et de ses composants « parasites », une alimentation naturelle redonne de bonnes bases pour apprécier à leur juste valeur des aliments naturels bruts. Vous ressentez vraiment mieux les subtilités d’une olive marinée, ou le goût d’une laitue ! Oui vous avez bien lu, la laitue a du goût.

Faites-vous plaisir !!!

La première raison de cette expérience est pour moi. La 2e raison est pour vous. C’est pour vous montrer que vous n’avez pas à culpabiliser quand vous faites un écart, ou même vous n’avez pas à avoir un regret. Il n’y a aucune raison. Même lorsque vous vivez une expérience similaire, c’est à dire lorsque vous ne vous faites pas vraiment plaisir.

Dans le premier cas vous passez un super moment, vous avez décidé de vous faire plaisir : profitez-en !!!
Dans le deuxième cas, vous apprenez (quels produits vous pouvez laisser tomber sans regrets, en vous basant sur le présent et pas sur un vieux souvenir) et vous constatez les changements en vous.

Un écart de temps en temps n’aura aucune incidence sur votre ligne ou votre santé à long terme (peut être un inconfort dans les heures qui suivront, qui dépendra de la qualité de votre produit et des quantités que vous prendrez).
La vie est faite pour se faire plaisir. Vivre Paléo à 80% vous permettra de profiter à 100% des 20% restants, étant donné que vous serez en pleine santé.

L’ironie du sort

Une dernière petite chose concerne l’ironie du sort de ce déménagement. En déménageant à la campagne, on peut se dire qu’on intègre un environnement plus naturel, plus paléo. Maintenant regardez ce que je vois de ma cuisine.

Reconnaissez-vous ce que contient ce champ ?

Vous n’arrivez pas à voir ? Ok je me rapproche !

Un champ de blé

Du blé !!!! Je suis entouré de champs de blé !!!

Je profite de l’occasion pour vous faire réfléchir à nouveau au sujet des céréales (en prenant le blé comme exemple). J’ai zoomé sur un épi de blé pour vous (cliquez dessus pour mieux voir).

Un épi de blé

Je parie que beaucoup d’entre vous, tout comme moi, n’en ont jamais vu d’aussi près, habitués que nous sommes à avoir de la farine sous la main.

Vous vous voyez en manger comme ça ? au naturel ? Sans préparation préalable ? Je ne pense pas ! En tout cas, ca ne donne pas envie. Et en plus j’ai goûté un grain cru : cela n’a aucun goût.

La prochaine fois que vous mangez quelque chose (ou que vous l’achetez en magasin), demandez-vous si vous pourriez le trouver sous cette forme dans la nature.

PS :
petit coup de gueule à propos de ces incapables de SFR qui n’ont pas su faire correctement le suivi du transfert des services, alors qu’ils ont été prévenus plus de deux mois à l’avance et que France Télécom a créé la ligne un mois avant.

8 réponses à “Vivre Paléo, vivre des expériences”

  1. Xavier dit :

    Hello Julien,

    Je te rejoins parfaitement sur le point des écarts.

    Une fois que le corps est passé en mode bruleur de graisse alors ces écarts n’auront aucun impact … la semaine dernière j’ai été 3 fois au resto et pas vraiment en mode paleo (genre pizza / glace plutôt) … et à la fin de la semaine j’ai quand même trouvé le moyen d’avoir perdu un peu de poids.

    Certes j’ai aussi fait du sport cette semaine là mais pas plus que les semaines précédentes donc maintenant je n’ai vraiment aucuns remords lorsque je dévie du « droit chemin » 🙂

    Bonne fin de semaine à toi !

  2. Thierry dit :

    Bonjour, content que cela soit un abandon trés temporaire.
    A bientôt pour de nouvelles aventures.

  3. Gwendy dit :

    Bonjour !

    premier commentaire ici depuis que je te lis et depuis que j’ai commencé Paléo en parallèle du Crossfit, sur les conseils de mon coach (5kg torpillés en un mois, ça continue de descendre, je n’en reviens pas et mes proches non plus, sans compter le gain d’énergie)

    Ton anecdote avec le blé m’a rappelé mon enfance : je vivais dans une commune limitrophe de Genève et autour de chez moi et de la piscine communale, il y a du blé partout. Immangeable en effet en tant que tel, nous mâchions plusieurs grains… pour en faire des chewing-gums ! pour dire à quel point on n’en a jamais avalé, c’est juste impossible « au naturel » 😉

    Et je confirme pour l’augmentation de la perception des goûts, c’est assez génial de pouvoir à nouveau savourer les arômes naturels !

    Bien à toi pour la suite (contente de te voir de retour),

    Gwendy

  4. alexia dit :

    ouiiiiii / a force de déménager les indices deviennent évidents, et je confirme c’est hyper paleo, même internet est mis out un certain temps ^^

    En tout cas c’est sympa d avoir un retour d’expérience après un off paleo, c’est assez rare finalement malgré le bon nombre d articles et de blogs sur ce regime alimentaire.
    Puis ça fait une piqure de rappel au niveau des sensations physiques post prandiales qu’on a tendance a oublier facilement!

    Quels projets en vue pour profiter de cette belle campagne ? Lancer une invasion de sauterelles sur les champs de blé? xp

  5. Magda dit :

    Je confirme, moi qui a commencé de manger « ancestral » dès 2003 (avec quelques interruptions) :

    – je reconnais aujourd’hui sans problème la différence entre une salade du marché et celle du supermarché
    – c’est pareil pour tous les aliments y compris de la charcuterie
    – je ne supporte plus de manger de la malbouffe même juste une fois « pour faire l’expérience »
    – de même j’ai du mal à supporter tout ce qui contient du sucre
    – mes goûts se sont raffinés, j’apprécie maintenant 10x plus certains aliments qu’auparavant

    Je mange parfois off paléo à cause de mes déplacements, mais j’en ressens une frustration et un espèce de malaise…

  6. mag dit :

    ça c’est un super article !!! Je n’ai jamais trop aimé le mcdo, je n’arrive pas à digérer leur pain brioché.

    Depuis que je mange paléo, j’ai l’impression de me restreindre sur le sucré, ces derniers temps je me suis offert quelques écarts et forcément, j’ai eu de gros soucis de digestion : 24h d’aiguilles dans un abdomen ballonné. Mais le plus surprenant, c’est que je ne me suis même pas fait plaisir !! Les aliments que je pouvais engloutir avec frénésie ne me font plus aucun effet : m£m’s, chocolat au lait, glaces…je suis désormais écoeurée par le sucre qui en plus me brule les papilles !
    Mes aliments plaisir ont ainsi changé et ça c’est très bon signe ! Aujourd’hui, mes écarts c’est : beurre de cacahuète, chantilly nature (sans sucre), chocolat le plus noir possible…

    Sinon pareil, j’ai déménagé il y a un mois et pratiquant le hiit et un peu de crossfit, j’ai trouvé ça extrêmement facile : porter de gros poids dans les escaliers sur des laps de temps très courts en faisant travailler tous nos muscles en même temps.

    Bref, le mode paléo, c’est vraiment se simplifier la vie sur tout !

Laissez un commentaire