Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » La vie paléo » Mon Défi » Comment j’ai commencé à vivre paléo

Comment j’ai commencé à vivre paléo

Posté par julien le 4 août

Vivre paléo ou vivre comme nos ancêtres préhistorique peut sembler totalement en décalage avec notre société et donc impossible à appliquer. Pour atteindre ce but, il ne s’agit pas de changer d’alimentation de but en blanc, mais de progressivement tendre vers une meilleure hygiène de vie, dont l’application correspond à nos possibilités financières, notre personnalité et aux spécificités de notre corps.
Après ces 3 premiers mois, je dresse un bilan intermédiaire.
 

Sprint paléo

c'est parti pour vivre paléo


 

Un premier mois difficile

Des fêtes familiales me mettent dès le début en difficulté, notamment :

  • une soirée pizza dont je me tire en mangeant le moins de pâte possible, un nombre de part limité et pas de soda.
  • Un repas de baptême au cours duquel je peux étonnamment respecter l’alimentation paléo jusqu’au fromage, là je mange un peu de pain pour accompagner le chèvre. Je me lâche complètement sur les choux à la crème de la pièce montée.

Malgré ces événements exceptionnels, je ne grossis pas et je continue à appliquer le régime en toile de fond (à plus de 80%). Je bannis toute céréale, sucre et produits laitiers de mon alimentation de base. Je n’en mange qu’occasionnellement quand il s’agit de produits que j’estime de qualité :

  • pain aux noix, brioche/kouglof faits maison, 2 fois en un mois
  • pain tradition du boulanger, moins de 50g, 1 fois max par semaine
  • mozzarella (di buffala), 125g par semaine
  • yaourt vanillé maison, 2 à 3 fois par semaine
  • chocolat noir 70% minimum, 1 carré par jour

Le fait de me priver de pain, sucre, gâteaux, produits laitiers m’a rendu plus exigent envers ces produits là quand j’en ai envie. C’est pour ça que je ne mangerai plus jamais du pain de mie industriel, de brioche en emballage plastique ou encore un gâteau au chocolat et céréales insipide (quand il n’est pas outrageusement sucré). Je préfère me réserver pour des vrais moments de plaisir avec un produit excellent.

 
Malgré ce régime en demi teinte pendant un mois, j’ai déjà des effets remarquables :

  • j’ai perdu du gras de façon très visible autour sur la ceinture abdominale, jambes et fesses : je suis passé d’un 40 à un 38. Moins visible ma perte au niveau des pectoraux et du dos (ma chemise me serre moins).
  • un effet inattendu : je n’ai plus du tout la peau grasse. J’aurais aimé le savoir pendant mon adolescence, période où mon acné était très prononcé.
  • je n’ai plus de coup de barre l’après midi. Mais cela est plus flagrant le week-end: ce fameux coup de barre du week-end, que j’attribuais à la baisse de tension, au relâchement suivant la semaine de travail, et qui désormais n’est plus. Du coup, je suis en pleine forme tout le temps (surtout le lendemain d’une séance de sprints fractionnés)
  • je n’ai plus de problème de digestion

 

Le rythme de croisière

Au cours du deuxième mois, je suis beaucoup plus strict :

Je suis beaucoup plus ouvert à mon corps et à mes sensations.

 
C’est ainsi que je me suis rendu compte que mon corps s’est déshabitué du blé : lorsque je mange tout seul un produit à base de blé (donc qui ne sera pas mélangé à autre chose dans l’estomac), et je vous parle d’un bon produit artisanal comme une tarte aux fruits maison ou pain tradition boulanger, j’ai l’estomac qui me brûle très rapidement. Et je me sens barbouillé avec un produit laitier (yaourt, fromage blanc, sauf le fromage)

 
Cela me confirme dans mon choix de ne plus utiliser ces produits comme base alimentaire et de ne les consommer que pour le plaisir des papilles.

 

La montée en puissance

Au cours du troisième mois, je fais vraiment de l’activité sportive dans des intervalles de temps courts :

  • pour la musculation, je faisais auparavant un exercice jusqu’à l’échec puis je vaquais pour y revenir. Maintenant je les enchaîne après 30 secondes.
  • pour les sprints, je fais 2 sessions par semaine au lieu d’une.

Les résultats ne se sont pas fait attendre:

  • j’ai obtenu ma 3e ligne d’abdos (Victoire!! plus qu’une)
  • j’ai gagné en force et en souffle : je monte désormais 6 étages (6×20 marches) sans être essoufflé.

Pour le temps que j’y consacre, je suis très satisfait du résultat.
 

Le tuning

Je me suis lancé le défi d’adopter la vie paléo pour au moins un an. Ayant bien intégré les concepts, je compte faire quelques petits réglages au cours des 3 prochains mois en :

  • augmentant mon métabolisme en intensifiant mes entraînements, sans pour autant y passer plus de temps.
  • notant mon alimentation et m’assurant que mes apports en minéraux et vitamines sont suffisants.

 

Le bilan

Maintenant que j’ai pris conscience des effets désagréables du pain et des produits laitiers (sauf le fromage), ces produits que j’affectionnais tant ne me manquent pas tellement au quotidien. Concernant les produits sucrés comme les gâteaux, ils ont un effet « alourdissants », au sens qu’une bouchée me pèse vite sur l’estomac, même si le goût demeure excellent.
 
Au final, je suis tellement en forme grâce à ma nouvelle vie que l’absence de ces produits n’est pas très importante. Je me garde malgré tout des petits plaisirs car je sais qu’ils ne mettrons pas en péril ma santé, mon corps et ma ligne.
 
Je me suis imposé de ne pas dépasser un grand plaisir par semaine (je suis bien en dessous, je dois être à 2 environ par mois, par manque d’occasion) un grand plaisir étant par exemple :

  • un fromage de chèvre accompagné de pain et de vin rouge.
  • une part de gâteau
  • un repas japonais : 6 à 8 maki, sashimis illimités, pas de sushi (il y a trop de riz)

Et un petit plaisir par jour :

  • 1 carré de chocolat noir à plus de 70%

Un autre avantage de ne plus être habitué aux céréales est que désormais, une quantité moindre de pain/gâteau me câle plus vite qu’auparavant. Je peux donc manger moins qu’avant tout en me faisant autant plaisir (sinon plus, vu que je sélectionne de très bon produits)

 
Et vous? Qu’est ce qui vous empêche de faire le premier pas paléo?

 

5 réponses à “Comment j’ai commencé à vivre paléo”

  1. anne marie dit :

    bonjour julien
    j ai commencais mardi le regime paléo ou plutot une autre facon de m alimenter a 58.8 kg et ce matin ,super 57.5 kg .faut dire que 4 h de zumba hier ca aide. a la pause j ai pris une compote sans sucre et un muffin fait maison ( sans sucre , ni farine ) plutot que un coca comme j ai pus le voir .

  2. Moimeme dit :

    Bonjour,

    C’est fou, j’ai l’impression d’avoir été en adéquation avec certains des principes du paléo sans le savoir :
    – préférences pour les sports explosifs (cross, sprints plutôt que footing d’1h)
    – réticence à consommer du blé (pâtes..)même à l’époque étudiante (préférence pour le riz)ou du lait, des yaourts, du fromage blanc..

    Ce qui m’empêche de commencer le paléo c’est :
    – 1) l’absence de vin : en effet le vin, au final, ce ne sont que des fruits fermentés… on a déjà vu des oiseaux tomber ivres morts suite à l’ingestion de fruits beaucoup trop mûrs. Bien sûr que (comme pour toute chose) une consommation excessive n’est pas recommandée, mais je ne vois pas en quoi cela n’est pas naturel..

    – 2) l’absence de produits laitiers ; je n’aime pas ça à la base, mais ou trouver une source de calcium suffisante outre le fromage blanc ? Tu dis parfaitement supporter le fromage d’un point de vue digestif. Est-ce que ce ne serait pas, encore une fois, parce que la transformation du lait en fromage est dû à des bactéries, des acariens, des enzymes (présure de veau), càd selon un processus plutôt « naturel » ?

    Certes les hommes paléolithiques avaient une alimentation en adéquation avec leurs besoins. Cependant, si l’humanité s’est dirigée vers la mauvaise voie (l’agriculture, les céréales..) peut etre que cette alimentation est-elle améliorable, en utilisant certaines découvertes (comme le fromage par ex) ?

    Je n’en sais rien, je me pose juste la question

    • julien dit :

      Bonjour Moimeme

      concernant le calcium, la question est plus de gérer son solde (entrée – sortie) que les entrées. Le lait contient beaucoup de calcium mais il n’est pas entièrement bio disponible
      le chou, les épinard, l’oignon contiennent du calcium

      pour approfondir sur le lait https://vivre-paleo.fr/lait-mensonges-et-propagande-thierry-souccar/

    • Manuel dit :

      Venant de tomber sur ton poste un peu tardivement…

      En ce qui concerne le vin, Mark Sisson dans son livre (Le Modéle Paleo) autorise un verre de vin rouge par jour. Pour avoir lu pas mal de documentation sur le sujet, la courbe de mortalité pour la consommation de vin et une courbe en U. C’est à dire qu’avec 1 verre de vin par jour la mortalité baisse, 2 verres elle stagne, 3 verres elle remonte. Bonjour les dégats! La bonne dose serait donc de boire à peu près la moitié d’un quart de vin de rouge par jour et pourquoi pas avec un bon morceau de fromage!

      En paléo le fromage est autorisé mais pas le fromage industriel ou pasteurisé.
      Ce qui est conseillé, gruyère, bleu d’auvergne et les fromages au lait cru.
      Ces fromages apportent beaucoup de calcium et de potassium.
      Une part de 30g par jour c’est très raisonnable.
      Pour trouver une autre source de calcium, tu peux également boire 1 à 2 verres d’eau d’Hépar par jour (sans faire de pub), eau la plus riche riche en calcium et en magnésium.

      Pour finir ne pas oublier de lézarder au soleil, surtout en hiver, pour fixer le calcium.

      Manuel
      (Paleo depuis 16 mois)

  3. Kamel dit :

    Je ne me lasse pas de relire cet article, il me motive…

Laissez un commentaire