Vivre Paléo. Brûler sa graisse. Péter la forme
Vous êtes ici : Vivre Paléo » Maladie » Et si le système électronique central de votre voiture lâchait…

… prendriez-vous toujours votre voiture? Sur les voitures modernes, c’est le système qui régule un peu tout. Et s’il ne fonctionne plus correctement, comment être sûr que les freins fonctionnent?

A l’image de la voiture, vous possédez un système organique qui régule un peu tout dans votre corps, et quand il rencontre des problèmes vous pouvez rencontrer toute sorte de problèmes physiques.

thyroide-regime-paleo

Votre régulateur interne peut vous lâcher à tout moment

J’imagine que vous ne voulez pas de symptômes comme une fatigue chronique, un ralentissement de vos capacités cérébrales, la dépression, la démence, des bouffées de chaleur ou des sensations de froid, un gain de poids, des problèmes de peau, une perte de cheveu, l’infertilité, des règles irrégulières, une atrophie ou des douleurs musculaires? Alors prenez soin de votre thyroïde.

La thyroïde, votre régulateur central

Si un problème de thyroïde engendre au moins un des problèmes de la longue et incomplète liste ci-dessus, c’est parce que les hormones thyroïdiennes interviennent dans les nombreux processus majeurs de votre corps (1).
La plupart des cellules du corps possèdent des récepteurs d’hormone thyroïdienne. Ces hormones agissent sur le cerveau, le système cardiaque, dans le métabolisme des nutriments, du cholestérol, dans la fabrication d’hormones de cellules, la régulation de la température. La thyroïde est un élément critique pour qu’un corps fonctionne normalement.

L’hypothyroïdisme

L’hypothyroïdisme est la forme la plus courante des troubles de la thyroïde. Le corps n’a plus suffisamment d’hormones thyroïdiennes pour fonctionner. Il paraît donc logique de prendre des médicaments qui nous en apportent. Mais cette solution temporaire ne changera pas la (les) conditions(s) qui ont abouti à ces problèmes de thyroïde. Car dans beaucoup de cas, ce n’est pas la thyroïde qui est en cause, mais des conditions annexes dues en grande partie à votre rythme de vie.

La maladie d’Hashimoto, l’hypothyroïdisme d’origine auto-immune

Une maladie auto-immune (2), c’est lorsque vos propres défenses immunitaires attaquent les cellules de votre corps. Votre système immunitaire a été piraté. La consommation de produits endommageant vos intestins (comme les céréales), ouvre la voie aux intrus. Les défenses s’adaptent à ces nouveaux agents externes et malheureusement, ils peuvent avoir la forme des cellules de votre corps. Vos défenses immunitaires entrainés prennent donc vos cellules (dont celles de la thyroïde) pour des intrus et les détruisent. Ce problème ne se limite pas à la thyroïde et peut déclencher d’autres maladies (sclérose en plaques, polyarthrite).

Une production d’hormones enrayée

Le cortisol est une hormone essentielle : elle permet de mobiliser toutes les ressources nécessaires pour que le corps puisse réagir dans l’instant. Mais un taux élevé en continu inhibera les signaux de fabrication (sécrétées par l’hypohyse) des hormones thyroïdiennes. Que ce soit le manque de sommeil, le stress (3), un taux de sucre sanguin instable, une insensibilité à l’insuline, tous contribuent à augmenter la quantité de cortisol et à déstabiliser la production d’hormones thyroïdiennes.

Une production d’hormone incomplète

Lorsque la fabrication n’est pas inhibée, elle peut être imparfaite. Certaines hormones thyroïdienne (T4) sont les précurseurs des hormones « utiles » (T3). La conversion des T4 en T3 peut être inefficiente (4). Une des raisons principales est un taux de sucre sanguin irrégulier. Dans ce cas, on peut se dire que se restreindre en glucides et adopter un régime low carb est une bonne chose. Ca l’est chez beaucoup de personnes mais chez certaines cela peu empirer les choses.

Certaines personnes ont besoin de plus de glucides que d’autres, et il en faut pour convertir les hormones T4 en T3.

Le low carb n’est pas la panacée

Twittez cette phrase

Il s’agit donc d’avoir d’une part les bons apports en glucides (des légumes « racines » et pas des céréales) et d’autre part les bonnes quantités. Ces quantités en glucides sont évidemment inférieures à une alimentation occidentale classique, mais il ne s’agit pas de réduire au maximum les glucides, il faut réduire la quantité tant qu’on se sent bien. Si la quantité de glucides est trop faible, alors des problèmes de fatigue et de thyroïde apparaitront.

Le low carb ne fonctionne pas chez certaines personnes pour cette raison, donc oui réduisez les glucides, mais gardez-en suffisamment pour rester en bonne santé.

Un défaut de transport

Bon, nos petites hormones sont bien créées, mais elles ne parviennent pas à destination, jusqu’aux cellules. Les hormones thyroïdiennes voyagent dans le corps en étant fixées à une globuline protéinique (Thyroid Binding Globulin ou TBG) (5) Une fois à destination, les hormones sont remises en liberté pour interagir avec les cellules. Mais lorsque le taux de cette globuline est élevé, il y a moins d’hormone thyroïdienne libres.

La production de globuline est stimulée par un fort taux d’oestrogène. La pilule contraceptive est une des sources modifiant le plus le taux d’oestrogene. Certaines sources alimentaires comme le soja peuvent aussi avoir un impact.

Trop de TBG c’est mal, mais pas assez, c’est pas mieux. Pas assez de globuline, c’est trop de T3 en liberté. Tout comme avec l’insuline, les cellules y deviennent insensibles. Et si les cellules y sont insensibles, elles ne les utilisent pas. Un faible taux de TBG est dû à un fort taux de testostérone. Chez vous mesdames, il s’agit de réguler encore une fois votre taux de glucose. (voir ci dessus)

Le régime paléo, encore lui

Vous aurez reconnu les problèmes mentionnés. Et si vous êtes un habitué, vous savez que le régime paléo peut venir à la rescousse. Mais en cas de problème sérieux de santé, comme la thyroïde, il s’agit d’adopter un régime paléo « strict ». Tout comme vous pouvez vous faire pirater votre système immunitaire, il vous faut éviter tout produit pouvant endommager vos intestins et induire une réponse immunitaire inappropriée, dont un des dommages collatéraux est d’attaquer vos propres cellules (dont celles de la thyroïde).

Ces produits sont les céréales (vraiment toutes, je parle parfois du riz mais chez ces personnes sensibles, cela peut faire perdurer les problèmes). Les légumineuses. Le lait et tout ces produits dérivés, même ceux issus du lait cru paléo. Certains légumes comme la tomate, l’aubergine, le poivron peuvent irriter les intestins.

Chez ces personnes, ce n’est pas un mois paléo qu’il faut faire, mais 6 mois au minimum. Leurs sensibilités est telle qu’il faut beaucoup plus de temps pour se remettre.

L’iode

L’iode est une de ces éléments nécessaire au bon fonctionnement du corps. Bien souvent les carences sont incriminées, mais il faut prendre garde également au surdosage. Même si la prise de supplément en iode améliore les conditions d’hypothyroïdie, il arrive que cela empire la situation. Comme chacun de vous est unique, la toxicité de l’iode peut varier d’une personne à une autre.
Un autre oligo élément en prendre en compte est le sélénium. Lui aussi est essentiel et pris conjointement avec l’iode, il peut neutraliser la toxicité de l’iode chez ces personnes (6, 7)

Et vivre paléo dans tout ça?

En marge de l’alimentation, vous devez gérer votre stress et votre fatigue pour réduire votre cortisol en excès.

Vous devez vous remettre en marche avec une activité physique du quotidien (marche, escalier) proportionnellement à vos capacités, et ensuite passer à du sport paléo plus intense. Cela améliorera votre sensibilité à l’insuline.

Pour résumer

Les problèmes de thyroïde ne se résument pas à la simple solution qu’est la prise d’hormone. Il s’agit aussi de découvrir ce qui vous a amené à cette condition en premier lieu. En marge d’un suivi médical vous pouvez adopter le régime paléo pour :

  • supprimer toute source d’inflammation (plus de céréales, de produits laitiers, de légumineuses et certains légumes irritants)
  • vous nourrir avec des nutriments qui se trouvent facilement dans les légumes, la viande, les poissons et fruits de mer (les algues pour l’iode)
  • adapter vos sources de glucides à vos besoins (pomme de terre, patate douce, panais, betterave, topinambour, rutabaga, navet, manioc, igname)
  • améliorez votre flore intestinale avec des produits fermentés artisanaux (choucroute, cornichon, …)

Pour finir, supprimez vos stress chroniques et dormez suffisamment.

2 réponses à “Et si le système électronique central de votre voiture lâchait…”

  1. stephanie dit :

    Bonjour,

    Une légère hypothyroïdie et j’ai été mise sous levothyrox 25mg pour commencer et dois refaire une analyse de sang dans trois mois.
    En sous poids et bcp de cholestérol total (2.89)
    Mon médecin s’interroge sur une non concordance à savoir que je suis en sous poids avec une hypo alors que cela devrait être le contraire.
    J’ai lu probablement un peu de trop de « choses » sur la prise de ce médicament notamment la perte de poids induite, chose que je ne peux me permettre.

    Le paléo ou cétogène peut-il s’y substituer ?
    Des aliments a éviter ou favoriser?
    Certains spécialistes mentionne qu’il faut réduire les glucides et d’autres non, qu’en est-il vraiment? J’en consomme via les légumes racine et parfois pomme de terre ou riz (quasi lamais de pâtes), pas de produits laitiers….

    Disons que j’étais déjà un peu paléo……..

    • julien dit :

      Bonjour Stéphanie

      Comme pour toute maladie auto immune (probleme de thyroïde en fait partie), le point essentiel est de prendre soin de ses intestins :
      – arrêter les sources alimentaires d’inflammation
      – reconstituer sa flore

      le paléo va dans ce sens. Tout est résumé à la fin de l’article.

      et le blog contient plus d’informations sur chacun des points énumérés 😉

Laissez un commentaire